Demain

Publié le par Qalawun

Demain. La promesse d'un jour nouveau. Différent. Un fils, pourquoi pas? Constat effrayant - mais aussi fortifiant - 'empowering'. Demain, ce coeur que nous avons entendu battre aujourd'hui chez la gynéco sera notre fils. Ces 140 battements par minute seront notre fils. Le ventre gonflé de notre mère porteuse sera notre fils. Ces trois ans d'attente seront notre fils. Nous nous oublierons sans doute un peu. Dans la chaleur humide de Fort Worth, TX nous nous préparons à devenir parents. Aujourd'hui les couloirs sans fin du Harris Methodist Hospital. Essayant de comprendre ce qu'il se passera demain. Poser des questions aux sage-femmes, aux infirmières, errer dans ces couloirs sans fenêtres, se présenter: 'Hello, we are the Intended Parents'.

Nous sommes au Texas. Où les choses sont grandes. Grandes voitures, grands drapeaux, grandes portions au restaurant. Hier, BuyBuyBaby - temple de la consommation, pouponnière sous emballage, Sodome mercantile, un luxe inutile principalement, nous nous-y noyons. Ce grand entrepôt offre ce que tu veux. La pompe à lait, le Stetson pour enfant, la Pampers pour prematuré, la panoplie Crayola. Mothercare ou Prénuptia façon Trump Tower. L'effet le plus décapant vient de l'absence quasi totale de clients. Ces milliers d'articles et quelques employé(e)s seulement. J'ai l'impression d'être dans The Walking Dead. Hording for my clan.

Donc nous nous préparons. A l'hôpital ce matin avec notre mère porteuse. Elle est brave. Imagine endurer une grossesse pour un autre couple. Elle a la tête sur ses épaules américaines. Mère de deux enfants, seule. Elle est entourée - sa mère, sa soeur. Depuis qu'on a commence ce processus, on apprend à se connaître. On est plutôt des bons gars. Elle est plutôt une fille bien. Demain, l'accouchement par césarienne lui enlevera celui qu'elle a porté pendant 9 mois. Trouble émotionnel. Qu'en penser? Rien ne prépare à ça totalement.

On se laissera porter. On verra bien.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article